Blog: The ultimate detox through naturopathy and literature.
by Sophocle

toxic toxicology

Contrary to the certainties of all, including those of general practitioners, the reference values ​​of the body burden of metals stored in the general population are still ignored by conventional toxicology. From this, it follows that the toxic load of stored metals (including heavy metals) officially does not exist. In the eyes of conventional medicine and in the eyes of conventional toxicology, for lack of reference values, a person carrying a worrying stock of metals in excess of a healthy person is therefore not considered to be intoxicated.

Date:   10/22/2020 5:42:30 PM   ( 41 d ) ... viewed 59 times

TOXIC TOXICOLOGY
Here is a pamphlet dealing with the consequences of medical shortcomings on public health in terms of heavy metal toxicology.

BEWARE OF CERTAINTY
Contrary to the certainties of all, including those of general practitioners, the reference values ​​of the body burden of metals stored in the general population are still ignored by conventional toxicology. From this, it follows that the toxic load of stored metals (including heavy metals) officially does not exist. In the eyes of conventional medicine and in the eyes of conventional toxicology, for lack of reference values, a person carrying a worrying stock of metals in excess of a healthy person is therefore not considered to be intoxicated.

REFERENCES OF BIOLOGICAL ANALYZES
In order to give an official existence to a biological medical analysis, it is essential that reference values ​​of the body burden in the general population be established. For example, a red blood cell concentration observed in an individual is assessed in comparison with a range of reference values ​​from a general healthy population. Without specific reference, the statement cannot be interpreted. However, the reference values ​​of the body burden for any metal stored in the general population, which can be established simply by post-treatment biological analyzes of the metals, have not yet been established. In the absence of official reference values, comparison is impossible. In the absence of comparison, a person who excretes a worrying value of mercury by the treatment of metals is necessarily considered to be in good health by administrative incongruity. At the same time, the stocks of excess metals are officially acquitted of any charge of a co-factor in chronic diseases, autism, Alzheimer's, Parkinson's, multiple sclerosis, fibromyalgia, etc.
ICEBERG
There is certainly a validated diagnosis for metals. When analyzing the blood, this diagnosis is confined to the tip of the iceberg. In a validated diagnosis, excess, unwanted metals stored and fixed in a cloud in an organ all go unnoticed. The treatment makes it possible to drive away this cloud little by little and to excrete the part that is driven out naturally. Post-processing biological analyzes are therefore relevant for detecting these clouds. Only post-treatment biological analyzes can detect a worrying stock of metals sedimented by years of mild intoxication, the symptoms of which manifest themselves in slight changes, up to possibly late and lastingly repetitive acute phases.
According to toxicological societies, administration of metal treatment increases metal excretion in all (1). As the analysis conditions are different, the diagnostic references without treatment can therefore not be repeated for post-treatment biological analyzes. “The comparison of the concentrations measured in these circumstances with the reference values ​​in the general population is obviously wrong” (1). For lack of specific references, the postprocessing analyzes are therefore found orphaned by reference values.
But someone who excretes 50 micrograms of mercury for 5 years post-treatment is not to be put in the same basket as someone who excretes only a few micrograms of mercury in a single treatment. In this loophole, the old adage "the dose makes the poison" has been forgotten.

NO RECOGNITION
In the absence of reference values ​​for the body burden of stored metals in the general population and despite the intrinsic toxicity of the metal, stored mercury, stored arsenic, stored aluminum, stored cadmium and so many other stored metals in an individual are therefore not recognized by conventional toxicology as toxic at any dose, neither long-term, nor delayed, nor immediately. This is a direct and implacable effect of the absence of specific reference values ​​for post-treatment biological analyzes.
In the absence of reference values ​​in the general population of the body burden of stored metals, the worrying values ​​which arise only during post-treatment biological analyzes are nullified. Since his blood is negative, a person poisoned by metal stocks in an organ is therefore neither treated nor recognized by conventional toxicology. In the absence of reference values ​​and in spite of very serious symptoms, a conventional toxicologist must declare that a worrying value of mercury excreted in a patient during a metal treatment does not constitute a reason for recognizing an intoxication, nor of treatment. Additionally, the clinic does not officially attribute symptoms to excess mercury.The causes of the symptoms are therefore allegedly unknown.

ILLUSTRATION: DENTAL AMALGAMES
Although the correlation between the body burden of stored mercury and between dental amalgams present in the mouth has been established by scientific studies (2), conventional toxicology concludes that, due to the absence of reference values ​​in the general population of the body burden of stored metals, dental amalgams do not cause mercury poisoning. In the absence of reference values, there is officially no poisoning. An intoxication is a value above the benchmark. Without a benchmark by which toxicity is defined, one worrying milligram of mercury stored in the body is officially non-toxic.

AUTOMATIC ACKNOWLEDGMENT
The circumstances of poisoning are numerous. In the absence of reference values ​​of the body burden in the general population of stored metals, the excess metals accused of causing autism by the families of vaccine victims are systematically cleared by conventional toxicology.
Despite the fact that, for Alzheimer's and for Parkinson's, the excess of stored metals is diagnosed post-mortem at the autopsy of the brain, conventional toxicology concludes that, in the absence of reference values ​​of the body burden of the metals stored in the general population , the excess metals found post-mortem are not co-factors of these degenerations during the patient's lifetime. According to conventional toxicology, these patients, whose number reaches 20% of a generation, do not therefore need to be detoxified.
Multiple sclerosis, osteoarthritis, electrosensitivity, and so many other diseases carry the same penalty. Occupational exposures are also concerned. In the absence of reference values, stocks of excess metals are systematically paid. As long as the reference values ​​are not established, the acknowledgment is automatic.

POISON CENTERS
Because it appears in the blood, poisoning from accidental ingestion of heavy metals is treated by poison control centers. But, despite the heavy symptoms characteristic of heavy heavy metal poisoning with a negative blood diagnosis, the French poison control centers conclude that the need for treatment has not been established. Including with very worrying post-treatment values, the poison control centers, which are the only French services to practice treatment for heavy metal poisoning, legitimately apply a barrier to people who present post-treatment biological analyzes. As the emergency has not been established, the poison control center refuses to treat. On condition of renouncing the recognition of intoxication, the poison control centers have admittedly sometimes admitted a few cases. However, these centers systematically refused access to health care to people who, thinking they were doing the right thing, claimed that the source of the poisoning came from dental amalgam.
In 2015, the Marseille poison control center made public threats (3) to a hospital doctor who officially treated people whose intoxication was revealed by post-treatment biological analyzes. Following this, the threatened doctor hastily closed his service (4). To this day, these threats triumph on the poison centers' online scientific platform. It is therefore with zeal that the poison centers recall that only the validated diagnosis, with which the worrying stocks of metals go unnoticed, is evidence of intoxication. With a brilliant demonstration, toxicology companies confirm this by claiming that the values ​​of post-treatment biological analyzes increase in all (1). The lack of tolerance of post-treatment diagnostics, which reveal worrying stocks of metals, is therefore rigorous.

PERIL
The validated diagnoses (not representative of the body burden) are supported by toxicology companies so that thousands of addicts do not suspect the current danger. However, despite the lack of reference values, many European countries (Belgium, Germany, Switzerland, etc.) have opted to take into account the metals excreted during post-treatment biological analyzes. In addition to admission to their poison control centers, clinics have specialized in detoxification from chronic poisonings.
How badly it is for French doctors not to treat the causes of diseases by regulatory deadlock. It is the healing that makes doctors admired, but these practices are awe-inspiring and prevent the world from having a healthy life. Despite a reliable diagnosis and despite the fact that a cure exists, people who are victims of excess metal stocks ignore each other.

With painted clay diagnoses, these people are therefore headed for chronic and inextricable complications.

CONCLUSION
In the absence of reference values for the body burden of metals stored in the general population, conventional toxicology is therefore at risk.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
(1) « Diagnostic des intoxications par des métaux ou des métalloïdes et mésusage des chélateurs », STC, SFTA, 2015, sciencedirect.com : « La majorité des éléments métalliques sont présents et mesurables chez la plupart des individus et l’administration d’un chélateur en augmente l’excrétion urinaire chez tous : la comparaison des concentrations mesurées dans ces circonstances aux valeurs de référence en population générale est évidemment erronée. »
(2) CHELATION THERAPY, 2016, Ch. 4.16.2 : « Aposhian et al. (1992) used the DMPS mobilization test to study Hg exposure and systemic Hg load in populations without occupational Hg exposure. In a group of volunteers a statistically significant correlation was observed between the “amalgam score” (number and size of dental amalgam fillings) and the DMPS-provoked urinary excretion of Hg. ».
(3) « Dosages urinaires post-chélation des métaux lourds et pseudoscience : il faut agir ! » Centre antipoison de Marseille, 2015, sciencedirect.com
(4) « L’hôpital public abandonne plusieurs centaines de patients qui frappaient à ses portes », La veille des acteurs de la santé, Non au mercure dentaire, 2015.


NOTA
Traduction on line from French


ORIGINAL TEXT IN FRENCH

TOXICOLOGIE EN TOC
Voici un pamphlet traitant des conséquences des lacunes médicales sur la santé publique en matière de toxicologie des métaux-lourds.

SE MÉFIER DES CERTITUDES
Contrairement aux certitudes de tous, y compris à celles des médecins généralistes, les valeurs de référence de la charge corporelle en métaux stockés dans la population générale sont encore ignorées par la toxicologie conventionnelle. De cela, il en découle que la charge toxique en métaux stockés (dont les métaux-lourds) n’existe officiellement pas. Aux yeux de la médecine conventionnelle et aux yeux de la toxicologie conventionnelle, faute de valeurs de référence, une personne porteuse d’un inquiétant stock de métaux en excès par rapport à une personne en bonne santé n’est donc pas considérée comme intoxiquée.

RÉFÉRENCES DES ANALYSES BIOLOGIQUES
Afin de donner une existence officielle à une analyse médicale biologique, il est indispensable que des valeurs de référence de la charge corporelle en population générale soient établies. Par exemple, une concentration en globules rouges relevée chez un individu est appréciée en comparaison à une fourchette de valeurs de référence issues d’une population générale en bonne santé. Sans référence spécifique, le relevé est non-interprétable. Or, les valeurs de référence de la charge corporelle pour tout métal stocké dans la population générale, dont l’établissement se fait simplement par des analyses biologiques post-traitements des métaux, n’ont pas encore été établies. Faute de valeurs officielles de référence, la comparaison est impossible. Faute de comparaison, une personne qui excrète une valeur inquiétante de mercure par le traitement des métaux est nécessairement considérée en bonne santé par incongruité administrative. Par la même occasion, les stocks de métaux en excès sont officiellement acquittés de toute accusation de co-facteur des maladies chroniques, autisme, Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaque, fibromyalgie, …

L’ICEBERG
Il existe certes un diagnostic validé pour les métaux. En analysant le sang, ce diagnostic se cantonne à la partie émergée de l’iceberg. Lors d’un diagnostic validé, les métaux en excès, indésirables, stockés et fixés en nuage dans un organe, passent tous inaperçus. Le traitement permet justement de chasser peu-à-peu ce nuage et d’excréter la partie chassée par voie naturelle. Les analyses biologiques post-traitements sont donc pertinentes pour déceler ces nuages. Seules des analyses biologiques post-traitements permettent de déceler un inquiétant stock de métaux sédimentés par des années d’intoxication douce dont les symptômes se manifestent par des moindres changements jusqu’à éventuellement des phases aigües tardives et durablement répétitives.
Selon les sociétés de toxicologie, l’administration du traitement des métaux augmente l’excrétion des métaux chez tous (1). Comme les conditions d’analyses sont différentes, les références du diagnostic sans traitement ne peuvent donc pas être reconduites pour les analyses biologiques post-traitements. « La comparaison des concentrations mesurées dans ces circonstances aux valeurs de référence en population générale est évidemment erronée » (1). Faute de références spécifiques, les analyses post-traitements se retrouvent donc orphelines de valeurs de référence.
Mais quelqu'un qui excrète 50 microgrammes de mercure pendant 5 ans post-traitements n'est pas à mettre dans le même panier que celui qui n’excrète que quelques microgrammes de mercure au cours d’un seul et unique traitement. Dans cette lacune, le vieil adage « c’est la dose qui fait le poison » a été oublié.

NON RECONNAISSANCE
Faute de valeurs de référence de la charge corporelle en métaux stockés dans la population générale et en dépit de la toxicité intrinsèque du métal, le mercure stocké, l’arsenic stocké, l’aluminium stocké, le cadmium stocké et tant d’autres métaux stockés chez un individu ne sont donc pas reconnus par la toxicologie conventionnelle comme toxiques à n’importe quelle dose, ni à long terme, ni à retardement, ni dans l’immédiat. Cela est un effet direct et implacable de l’absence des valeurs de référence spécifiques aux analyses biologiques post-traitements.
Faute de valeurs de référence dans la population générale de la charge corporelle en métaux stockés, les valeurs inquiétantes qui surgissent uniquement lors des analyses biologiques post-traitements sont frappées de nullité. Comme son sang est négatif, une personne intoxiquée par des stocks de métaux dans un organe n’est donc ni traitée, ni reconnue par la toxicologie conventionnelle. Faute de valeurs de référence et en dépit de symptômes très lourds, un toxicologue conventionnel doit déclarer qu’une valeur inquiétante de mercure excrété chez un patient lors d’un traitement des métaux ne constitue pas un motif de reconnaissance d’une intoxication, ni de traitement. De plus, la clinique n’attribue officiellement pas les symptômes à l’excès de mercure. Les causes des symptômes sont donc prétendument inconnues.

ILLUSTRATION : AMALGAMES DENTAIRES
Bien que la corrélation entre la charge corporelle de mercure stocké et entre les amalgames dentaires présents en bouche ait été établie par des études scientifiques (2), la toxicologie conventionnelle conclue que, à cause de l’absence de valeurs de référence dans la population générale de la charge corporelle en métaux stockés, les amalgames dentaires ne provoquent pas d’intoxication au mercure. Faute de valeurs de référence, il n’existe officiellement pas d’intoxication. Une intoxication est une valeur au-dessus de la référence. Sans référence à partir de laquelle une toxicité est définie, un préoccupant milligramme de mercure stocké dans le corps est officiellement non toxique.

ACQUITTEMENT AUTOMATIQUE
Les circonstances d’intoxications sont nombreuses. Faute de valeurs de référence de la charge corporelle dans la population générale en métaux stockés, les excès de métaux accusés de provoquer l’autisme par les familles de victimes des vaccins sont systématiquement acquittés par la toxicologie conventionnelle.
En dépit que, pour Alzheimer et pour Parkinson, l’excès de métaux stockés soit diagnostiqué post-mortem à l’autopsie du cerveau, la toxicologie conventionnelle conclue que, faute de valeurs de référence de la charge corporelle des métaux stockés dans la population générale, les excès de métaux relevés post-mortem ne sont pas des co-facteurs de ces dégénérescences du vivant du patient. Selon la toxicologie conventionnelle, ces malades, dont le nombre atteint 20% d’une génération, ne sont donc pas à désintoxiquer.
La sclérose en plaque, l’arthrose, l’électro-sensibilité, et tant d’autres maladies sont frappées de la même sanction. Les expositions professionnelles sont également concernées. Faute de valeurs de référence, les stocks de métaux en excès sont systématiquement acquittés. Tant que les valeurs de référence ne sont pas établies, l’acquittement est automatique.

CENTRES ANTIPOISON
Parce qu’elle apparaît dans le sang, une intoxication par une ingestion accidentelle de métaux-lourds est traitée par les centres antipoison. Mais, en dépit de lourds symptômes caractéristiques d’une lourde intoxication aux métaux-lourds assortis d’un diagnostic sanguin négatif, les centres antipoison français concluent que la nécessité de traitement n’est pas établie. Y compris avec des valeurs très inquiétantes post-traitements, les centres antipoison, qui sont les seuls services français à pratiquer un traitement des intoxications des métaux-lourds, appliquent légitimement un barrage aux personnes qui présentent des analyses biologiques post-traitements. L’urgence n’étant pas établie, le centre antipoison refuse donc de traiter. Sous condition de renoncement à la reconnaissance de l’intoxication, les centres antipoison ont certes parfois admis quelques cas. Cependant, ces centres ont systématiquement refusé l’accès aux soins aux personnes qui, pensant bien faire, prétendaient que la source de l’intoxication parvenait des amalgames dentaires.
En 2015, le centre antipoison de Marseille a proféré des menaces publiques (3) à un médecin hospitalier qui traitait officiellement les personnes dont l’intoxication était révélée par les analyses biologiques post-traitements. Suite à cela, le médecin menacé a fermé son service dans la précipitation (4). Encore à ce jour, ces menaces triomphent sur la plateforme scientifique en ligne des centres antipoison. C’est donc avec zèle que les centres antipoison rappellent que seul le diagnostic validé, avec lequel les stocks inquiétants de métaux passent inaperçus, fait foi d’intoxication. Avec une brillante démonstration, les sociétés de toxicologie confirment cela en invoquant que les valeurs des analyses biologiques post-traitements augmentent chez tous (1). L’absence de tolérance des diagnostics post-traitements, qui décèlent les stocks inquiétants de métaux, est donc rigoureuse.

PÉRIL
Les diagnostics validés (non représentatif de la charge corporelle) sont confortés par les sociétés de toxicologie de façon à ce que des milliers d’intoxiqués ne soupçonnent pas le péril en cours. Or, en dépit du manque de valeurs de référence, de nombreux pays européens (Belgique, Allemagne, Suisse, …) ont opté pour la prise en compte des métaux excrétés lors des analyses biologiques post-traitements. Outre l’admission dans leurs centres antipoison, des cliniques se sont spécialisées dans la désintoxication des intoxications chroniques.
Qu’il sied mal à des médecins français de ne pas traiter les causes des maladies par impasse réglementaire. C’est la guérison qui fait que les médecins sont admirés, mais ces pratiques suscitent la stupeur et elles empêchent à ce que le monde se déroule dans les meilleures conditions de santé. En dépit qu’un diagnostic fiable existe et en dépit qu’un traitement existe, les personnes victimes de stocks de métaux en excès s’ignorent. Avec des diagnostics en argile peinte, ces personnes s’orientent donc vers des complications chroniques et inextricables.

CONCLUSION
Faute de valeurs de référence de la charge corporelle en métaux stockés dans la population générale, la toxicologie conventionnelle est donc en toc.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
(1) « Diagnostic des intoxications par des métaux ou des métalloïdes et mésusage des chélateurs », STC, SFTA, 2015, sciencedirect.com : « La majorité des éléments métalliques sont présents et mesurables chez la plupart des individus et l’administration d’un chélateur en augmente l’excrétion urinaire chez tous : la comparaison des concentrations mesurées dans ces circonstances aux valeurs de référence en population générale est évidemment erronée. »
(2) CHELATION THERAPY, 2016, Ch. 4.16.2 : « Aposhian et al. (1992) used the DMPS mobilization test to study Hg exposure and systemic Hg load in populations without occupational Hg exposure. In a group of volunteers a statistically significant correlation was observed between the “amalgam score” (number and size of dental amalgam fillings) and the DMPS-provoked urinary excretion of Hg. ».
(3) « Dosages urinaires post-chélation des métaux lourds et pseudoscience : il faut agir ! » Centre antipoison de Marseille, 2015, sciencedirect.com
(4) « L’hôpital public abandonne plusieurs centaines de patients qui frappaient à ses portes », La veille des acteurs de la santé, Non au mercure dentaire, 2015.


Add This Entry To Your CureZone Favorites!

Print this page
Email this page
DISCLAIMER / WARNING   Alert Webmaster


CureZone Newsletter is distributed in partnership with https://www.netatlantic.com


Contact Us - Advertise - Stats

Copyright 1999 - 2020  curezone.com

0.031 sec, (2)

Back to blog!
 
Add Blog To Favorites!
 
Add This Entry To Favorites!

Blog Entries (2 of 2):
toxic toxicology  41 d
Ultimate conclusion of exhau…  6 mon

Similar Blogs (10 of 185):
My Vertical Jump Tr…  by surgevert14  7 h
Buy Ambien Online I…  by riteaidpharmacy  8 h
Buy Norco Online Ov…  by riteaidpharmacy  11 h
Medication and inju…  by Law Offices  24 h
Cinderella Solution…  by cinderellakey3  40 h
Buy Blue Xanax Bars…  by riteaidpharmacy  57 h
video promotion ser…  by seorankagency  58 h
Be a better consume…  by bilalmunsif  71 h
Best Health Care To…  by webmasterdheeraj  4 d
curparts  by arvinparts  5 d
All Blogs (1,019)

Back to blog!
 

Clark Kidney Cleanse
Dr. Hulda Clark’s Kidney Cleanse with purest products! Great pric...



Natural Cancer Remedies
Cancer-proof your body with little known immune boosters!



Black Walnut Tincture
Hulda Clark Cleanse Kits



Lugol’s Iodine Free S&H
J.Crow’s® Lugol’s Iodine Solution. Restore lost reserves.



Natural, Soothing, Progesterone Oil
Supplementation and Hormone Balancing Based on the...